Ils sont environ une vingtaine à squatter les hautes herbes de la clairière.
Malgré qu'ils se tiennent le plus souvent à proximité du sol, il y avait la possibilité de varier les angles de prises de vues. Dans ces circonstances, la difficulté majeure était de disposer d'un axe de vision quasi exempt de végétation entre le sujet et le photographe.
juin_2018_P.jpg juin_2018_N.jpg juin_2018_R.jpg juin_2018_O.jpg juin_2018_Q.jpg